Marilou Kenny Gagnon

corpuscules

rencontre avec l’artiste le 20 septembre
au local 3153 à 16h30

Nous lançons notre programmation 2018-2019 le 13 septembre avec un premier vernissage inaugurant le projet corpuscules de Marilou Kenny-Gagnon. Comme à notre habitude, il s’agit de soutenir le travail d’une artiste de la relève, finissante à la maitrise à l’École d’art de la Fabrique.

Après une suite d’explorations photographiques et textuelles, Marilou Kenny Gagnon aborde désormais la question de l’image à travers un processus de création d’objets. Son travail se rapporte au concept de bricolage, cette réorganisation d’éléments, de fragments disponibles, hétéroclites, par des moyens détournés, tel que l’a si bien théorisé l’anthropologue Claude Lévis-Strauss. La lumière active alors l’apparition d’images à l’intérieur d’un travail basé sur l’assemblage de matériaux bruts mais aussi de matières transparentes et diaphanes. Les œuvres se constituent ainsi d’éléments trouvés un peu par hasard au gré de moments de production ou de déambulation.

« Sans la diffusion en continu de la lumière, mes images n’existeraient pas et mes sculptures ne viendraient pas transformer l’espace […]. C’est grâce à toutes les possibilités offertes par sa manipulation que je réalise maintenant des objets ambigus, à la limite de l’image, ou des installations dans lesquelles elle agit. Je m’intéresse donc aux phénomènes de la perception et de l’optique, mais aussi à la création d’environnements qui peuvent nous pousser à adopter un état ou un comportement plutôt contemplatif. De plus, je donne une grande importance aux dispositifs et à l’expérience à laquelle ils donnent accès, ainsi qu’à la mise en espace de mes objets hybrides. Je tente de créer des ensembles qui fonctionnent, en quelque sorte, comme des écosystèmes fragiles. »

Après des études en arts visuels au Cégep Limoilou, à Québec, Marilou Kenny-Gagnon amorce un projet de vidéo d’animation image par image par le biais du programme Jeunes Volontaires et d’un mentorat par La Chambre Blanche. Elle termine un baccalauréat en arts visuels à l’Université Laval en 2015, au cours duquel elle participe à l’exposition collective Espace Composite, à la Salle du pavillon Alphonse-Desjardins, puis à l’exposition des finissants #ARV2015, au Réacteur/Centrale Créative. En 2016, elle entreprend des études de maîtrise en arts visuels à l’École d’art et participe aux expositions collectives OFF-FAAQ/FAAQ-OFF, en 2016, aux ateliers du Roulement à Billes, et Jaune Marine, en 2018, présentant les œuvres d’étudiant-e-s de la maîtrise de l’École d’art à l’Ancienne École des Beaux-Arts de Montréal.


Entrevue radiophonique
De Gentiane La France, CKRL, L’Aérospatial, 19 septembre 2018