Dilater ou contracter l’univers

Une conférence de

Constanza Camelo-Suarez


 

Originaire de Colombie, Constanza Camelo-Suarez arrive au Québec dans les années 90 et s’engage rapidement dans le milieu des centres d’artistes témoignant d’un intérêt pour les pratiques performatifs à caractère contextuel. Son approche des questions identitaires constitue un apport précieux dans le contexte de nos échanges sur l’art et les espaces publics.

« Pour Todorov, l’artiste-intellectuel serait l’individu qui, intéressé par la problématique du beau, accompagnerait cette dernière d’une deuxième problématique, celle du bien. L’artiste intellectuel serait un individu qui se situerait entre deux champs de recherche: celui de l’esthétique, espace de l’imagination, et celui de l’éthique, espace de la conscience. Mon attitude en art s’apparente à cette définition dans le sens où elle explore des relations transdisciplinaires entre le geste poétique, le comportement humain et le contexte – sociopolitique et économique – où ils agissent et réagissent. Si le déplacement consiste à être obligé de migrer dans le cas où sa vie, ou bien sa liberté, aient été menacées à cause de circonstances qui altèrent l’ordre public, alors mon identité correspond à celle d’un être dont les actions, et celles de ses compatriotes, sont constamment déplacées. Ma liberté est déplacée et c’est depuis ce non-lieu que ma pratique s’élabore comme un signe du passage éphémère du corps en déplacement. Mon corps est (en) transit.»

(Constanza Camelo)

GARV-Constanza Camelo

Image: Dilater ou contracter l’univers, Tijuana, Mexique (2011) dans le cadre de SATELLITE, org. par DARE DARE

Constanza Camelo-Suarez détient un doctorat en Études et pratiques des arts (UQAM). Elle travaille comme professeure au Département des arts et lettres de l’Université du Québec à Chicoutimi et fait partie des chercheurs du CÉLAT (Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions) ainsi que du GRMC (Groupe de recherche sur la médiation culturelle). Elle est co-fondatrice du collectif d’artistes migrants We are not Speedy Gonzales qui travaille sur la transculturalité et ses représentations dans le milieu de l’art actuel. En tant que commissaire indépendante, Constanza Camelo-Suarez a organisé divers échanges artistiques entre le Canada et l’Amérique Latine, ainsi que des événements reliés à la théorisation de la pratique de l’art action. Elle est vice-présidente du centre d’artistes Le Lobe


Ce programme de conférences est présenté grâce au soutien du Conseil des arts du Canada
CCFA_RGB_colour_e