Galerie des arts visuels

Exposition

Bernard Paquet
La fabrique du corps
Du 8 novembre au 16 décembre 2018

Vernissage: jeudi 8 novembre à 17h

conférence le jeudi 15 novembre
au local 3153 à 16h30

La Galerie des arts visuels est heureuse de présenter le travail récent de Bernard Paquet. Si le corps demeure l’objet premier de sa recherche picturale, ses œuvres récentes se distinguent par la représentation d’un imaginaire évoquant le posthumain.

L’artiste travaille de l’intérieur ce corps inventé, dans des séries multipliant les fragments tout à la fois organiques et mécaniques. Les évocations se succèdent, entre la figure de l’écorché et l’imagerie médicale, le microscopique et la représentation d’univers sidéraux. (plus…)


Conférences

Conférence de Bernard Paquet
15 novembre à 16h30 | local 3153 (salle de critique) École d'art, Édifice La Fabrique

La fabrique du corps, 2017-2018. Photos: Emmanuelle Gendron

Dans le cadre de l’exposition La Fabrique du corps, présentement en cours à la Galerie des arts visuels, nous vous proposons, ce jeudi 15 novembre à 16h30, une conférence suivie d’un échange avec l’artiste Bernard Paquet.

L’artiste nous présente tout d’abord l’évolution de sa recherche sur le thème du corps. Il évoquera plusieurs sources historiques et contemporaines en lien avec ses œuvres récentes, de la représentation anatomique à l’art sacré, et mettra en lumière plusieurs facteurs ayant mené à l’émergence picturale d’une image du corps inventé et posthumain.

La fabrique du corps est présentée à la Galerie des arts visuels jusqu’au 16 décembre. L’exposition regroupe des œuvres picturales et sur papier. Ce corpus fut amorcé lors d’une année de recherche effectuée en 2016-2017 et qui aura été notamment l’occasion de séjours de création au Portugal et au Brésil. Bernard Paquet est professeur à l’École d’art de l’Université Laval depuis 2003.

Conférence de Maxime Coulombe
29 novembre 16h30 | Local 3153 (salle de critique) École d'art - Édifice La Fabrique

Image du film La possibilité d’une île de Michel Houellebecq, 2008 

L’art posthumain est l’histoire d’une rencontre : il tente de faire dialoguer, sous le régime de l’art, une certaine conception de l’homme et du corps avec les nouvelles technologies. L’imaginaire posthumain n’est aussi fascinant, aussi séduisant, que parce qu’il se propose de résoudre l’incomplétude coextensive à la condition humaine. En cela, nous aborderons ici la posthumanité comme une nouvelle foi souhaitant refonder un nouveau mode d’être au monde où le sujet pourrait se passer de toute altérité. À travers l’analyse de la production artistique de Stelarc, nous verrons que la posthumanité n’est pas simple science-fiction ; si elle est fiction, c’est qu’elle est de même une réponse, se voulant scientifique, à un désir de transcendance. En cela, l’art posthumain se fait à la fois symptôme – et par là voie d’analyse – de ces enjeux de sens et lieu d’exploration des promesses posthumaines. À travers l’analyse de la production artistique de Stelarc et la littérature de Michel Houellebecq (entre autres Les particules élémentaires et La possibilité dune île) , nous verrons que la posthumanité n’est pas simple science-fiction ; si elle est fiction, c’est qu’elle est de même une réponse, se voulant scientifique, à un désir de transcendance. En cela, l’art posthumain se fait à la fois symptôme – et par là voie d’analyse – de ces enjeux de sens et lieu d’exploration des promesses posthumaines.

(plus…)